Qui était Madeleine Blaire

Madeleine BLAIRE, née GUILLON, naquit à Paris en 1909. Licenciée en droit dès 1932, elle épousa, en janvier 1934, Joseph BLAIRE dont elle avait fait connaissance à la faculté de Droit de Paris. Ils partirent ensuite s’installer à Bernaville où son époux avait repris l’étude notariale l’année précédente. De cette union naquirent six enfants dont Mme Elisabeth FOUCART qui habite toujours dans notre commune.

M. BLAIRE fut mobilisé dès le début de la Seconde Guerre mondiale et fait prisonnier en juin 1940. Son épouse, comme tous les Bernavillois reçut l’ordre d’évacuer le 18 juin 1940. A son retour, à l’automne 40, elle trouva sa maison réquisitionnée par l’occupant qui ne lui laissa qu’une seule pièce pour vivre. Elle n’en récupèrera la totalité, au prix de discussions acharnées, qu’au milieu de l’année 1943.

Désirant se rendre utile, elle participa au service des colis mis en place par la mère de M. CREPIN pour apporter aux soldats en captivité, le réconfort et le soutien de concitoyens qu’ils ne reverraient souvent que cinq ans plus tard.

Au sortir du conflit, Bernaville ne comptait plus que 900 habitants et comme la plupart des communes rurales, ne bénéficiait pas d’équipements socio-culturels qui auraient permis à la population de faire de la culture une priorité.

Soucieuse d’apporter cette ouverture au monde et le plaisir de lire, Madeleine BLAIRE prit l’initiative d’ouvrir sa demeure et de prêter ses propres livres. Puis en novembre 1953, elle décida d’ouvrir une permanence tous les 15 jours dans l’ancienne maison du grand-père de Michel TRAULLE, rue Vannier.

Quelques années plus tard, la bibliothèque déménagea Route nationale, dans un local plus adapté, prêté par M. et Mme DEPLANQUE.

L’aide de plusieurs bénévoles et le don de 150 livres, permirent d’améliorer le système de prêt et c’est ainsi que fut créée la première bibliothèque de Bernaville qui compta une petite centaine de lecteurs par semaine, venant de Bernaville et de tout le canton, et ce, dès son ouverture.

Forte de ce succès et toujours à la recherche de nouveautés, Madeleine BLAIRE eut l’idée de solliciter la bibliothèque inter-entreprises « inter-livres » puisque l’entreprise de boutons CREPIN était installée à Bernaville. Inter-livres accepta finalement de prêter des ouvrages et c’est ainsi que Madeleine BLAIRE partit régulièrement à Paris, chargée de ses grandes valises.

Maurice CREPIN, alors Maire de Bernaville, lui apporta son soutien et proposa un nouveau local situé à l’ancienne gendarmerie. C’est en ce lieu que Mme BRASSEUR, Mme LICHTENBERGER, Mme ARNAULT et Mme DUMONT rejoignirent l’équipe déjà en place.

La bibliothèque fut affiliée à la « bibliothèque pour tous » puis à la « bibliothèque centrale de prêt ».

En 1980, la structure devint municipale et fut installée dans l’ancienne école près de la Mairie. C’est en mars de la même année, que fut créée l’Association des Amis de la Bibliothèque dont M. MICHILSEN, professeur d’histoire à Frévent, en prit la présidence, Mme VINCENT, la trésorerie et Mme MACRON, le secrétariat. Madeleine BLAIRE, qui elle-même avait passé son diplôme de bibliothécaire quelques années plus tôt, souhaita que tous les bénévoles suivent à leur tour la formation.

Ce fut donc une équipe formée et motivée qui proposa à nos Bernavillois, non seulement un fonds documentaire avoisinant les 8 000 ouvrages mais également des conférences, des séances cinématographiques, des rencontres avec des auteurs, des sorties, des concerts…, aidés en cela par des subventions de la Municipalité de Bernaville et du Conseil général qui permirent également d’envisager la construction d’une nouvelle et grande bibliothèque. Les travaux commencèrent et c’est en 1998, que furent inaugurés les nouveaux locaux.

Madeleine BLAIRE, ne vit jamais l’aboutissement de ce projet. Elle décéda en 1996, à l’âge de 87 ans. Elle aura donné son temps, ses compétences, son énergie, son sens du bénévolat, son dévouement, son amour des livres et de la littérature, pour que chacun puisse y puiser connaissances, partage et plaisir. Et comme le soulignait Marc SANGNIER, l’une des figures majeures du mouvement du catholicisme social en France dans les années 1930,

« Elle nous a ouvert ce sillon droit et profond qu’il nous appartient désormais de poursuivre »[1]

Madeleine BLAIRE restera à jamais dans le cœur des Bernavillois, son nom étant inscrit en lettres d’or sur les murs de notre bibliothèque.


[1] Citation reprise par M. MICHILSEN Jean-Paul, professeur d’histoire à la retraite.